I still alive

With all the horrors we saw, we're going to war with a smile on our faces, because we're friends of Death himself…

Set fire to the rain…

Classé dans : Non classé — 13/11/2012 @ 20:22

Cristal sur mes jouesJe n’en peux plus.

Je marche , loin, si loin de tout ça, je marche.

Tout a un goût racis dans ma bouche. J’ai une boule dans le ventre. Un grosse bulle dans la tête, qui enveloppe mon espoir, mes espérances et mon bonheur… C’est comme si elle s’envolait…

Je marche toujours, et la pluie tombe. Mes yeux sont trop secs pour pleurer. Je reste la tête penchée vers le sol pour laisser aller ma souffrance au confins de la terre.

Je voudrais tant arracher ton visage, le griffer et le détruire, mais je ne peux pas. Non, je suis trop faible pour ça. Je suis trop triste, trop souffrante, trop malheureuse. Pourquoi? Je les aimais, j’avais tout ce dont je pouvais rêver! Pourquoi nos rêves se brisent-ils tous à  la manière de larmes de cristal, lorsque leur chute est la plus fracassante, au moment où il ne faut pas, au moment où on ne s’y attend pas. C’est fini.

Je suis désespérée. C’est si triste la vie. Je pourrais aller sur le pont . Oui. Enfin, je crois que je vais reculer. Devant se trouve le pont  » de l’amour », celui aux milles et un cadenas aux initiales gravées pour l’éternité… Kevin n’a jamais voulu en mettre. Enfin, lorsqu’on s’aimait. Mauvaise idée, je repars en arrière, mais s’engouffrent alors des touristes venus par dizaines sur le pont fragile du magnétisme originel. Je suis bloquée dans ma progression hors de ce trou: lorsque je veux avancer un pied dans cette mêlée, il se retrouve coincé entre 2 jambes ou sur un sac tombé… D’accord, ça ne dure pas longtemps, les manifestations de personnes , je sais, mais dans mon cas, ces personnes me semblaient être un tunnel vers l’innocence, mais innatégnable pour cause du courage et de la détermination nécessaire. Auriez-vous vraiment cru que dans mon état, je pouvais le traverser? Tous ces gens me semblaient être des briques, de ce genre qu’il faut casser à chaque mètre, non, je ne pouvais pas. Si elle avait été là, Charlotte m’aurait sorti de là, elle aurait été cette pelle qui m’aurait aidé à briser ces obstacles sur ma route… Mais non, elle n’est pas présente, logiquement.

Je n’en peux plus. S.O.S. Retenez-moi de me faire emporter par ce flot, ces vagues qui vous rendent martyrs, je n’en peux plus. Laissez-moi respirer. Laissez-moi vivre, même avec des poids sur le coeur, même avec des charges sur les épaules bien plus lourdes que le reste, même avec une  boule dans la gorge. Je suis malheureuse. Mais je suis humaine. Je me remettrais de Kevin- Pour Charlotte, c’est une autre histoire.

Mon mec m’a quitté. Mon mec m’a plaqué pour ma meilleure amie, qui a accepté. Il me trompait depuis quelques semaines. Et j’ai laissé faire. Je n’ais rien vu. Je suis aveugle. Et bête aussi. Je m’en veux, mais aussi au monde entier de n’avoir rien fait. De n’avoir rien dit. De ne m’avoir pas prévenu. Maintenant, entre nous c’est fini. J’y survivrais… Comme dit maman, je suis une ado. Mais Charlotte, ma meilleure amie, ma plus vieille amie, celle a qui j’ai tout dis, elle, je ne pourrais pas l’empêcher de me détruire intérieurement. J’imagine que je ne suis pas la seule dans cette situation, mais comprenez qu’elle était tout, tout ce que j’avais , toutes ces qualités qui me manquaient, tout ce que j’aimais. Maintenant, c’est fini . Le lever du soleil ne sera plus cette Lune dorée. Il serait peur. Il sera malheur. Bonheur perdu. Plus d’espoir. Plus d’amour. Plus Kevin. Plus Charlotte. Plus rien. Je ne suis plus rien.

Soudain, j’ai une idée. Je lève doucement mon visage vers le ciel, et comme des flocons de neige, les gouttes tombent sur moi, roulent sur mes joues, descendent mes sourcils et mes lèvres. Oui, je pleure. Je pleure la pluie. Je pleure mon amitié et mon amour. Je me sens renaître par ce petit espoir qui éclos comme une fleur en moi. Il faut juste éviter qu’il ne se fane pas. Pas tout de suite.

 

I let it fall, my heart
And as it fell, you rose to claim it
It was dark and I was over
Until you kissed my lips and you saved me
My hands, they were strong, but my knees were far too weak
To stand in your arms without falling to your feet

But there’s a side to you that I never knew, never knew
All the things you’d say, they were never true, never true
And the games you’d play, you would always win, always win

But I set fire to the rain
Watched it pour as I touched your face
Well, it burned while I cried
‘Cause I heard it screaming out your name, your name

When laying with you I could stay there
Close my eyes, feel you here forever
You and me together, nothing is better

‘Cause there’s a side to you that I never knew, never knew
All the things you’d say, they were never true, never true
And the games you’s play, you would always win, always win

But I set fire to the rain
Watched it pour as I touched your face

Well, it burned while I cried

‘Cause I heard it screaming out your name, your name
I set fire to the rain
And I threw us into the flames
When we fell, something died
‘Cause I knew that that was the last time, the last time

Sometimes I wake up by the door
That heart you caught must be waiting for you
Even now when we’re already over
I can’t help myself from looking for you

I set fire to the rain
Watched it pour as I touch your face
Well, it burned while I cried
‘Cause I heard it screaming out your name, your name
I set fire to the rain
And I threw us into the flames
When we fell, something died
‘Cause I knew that night was the last time, the last time, oh

Oh, no
Let it burn, oh
Let it burn

Isa

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Helendresses |
g201202 |
Redconsulting |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Yoogreys
| Laviedunebellevierge
| Theblogdesado