I still alive

With all the horrors we saw, we're going to war with a smile on our faces, because we're friends of Death himself…

Somebody I used to know…!

Classé dans : Non classé — 16/11/2012 @ 19:52

Now and then I think of when we were together
Like when you said you felt so happy you could die
Told myself that you were right for me
But felt so lonely in your company
But that was love and it’s an ache I still remember

You can get addicted to a certain kind of sadness
Like resignation to the end
Always the end
So, when we found that we could not make sense
Well, you said that we would still be friends
But I’ll admit that I was glad that it was over

But you didn’t have to cut me off
Make out like it never happened and that we were nothing
And I don’t even need your love
But you treat me like a stranger and that feels so rough

No, you didn’t have to stoop so low
Have your friends collect your records and then change your number
I guess that I don’t need, that though
Now you’re just somebody that I used to know
Now you’re just somebody that I used to know
Now you’re just somebody that I used to know

Now and then I think of all the times you screwed me over
But had me believing it was always something that I’d done
But I don’t wanna live that way, reading into every word you say
You said that you could let it go
And I wouldn’t catch you hung up on somebody that you used to know

But you didn’t have to cut me off

Make out like it never happened and that we were nothing
And I don’t even need your love
But you treat me like a stranger and that feels so rough
No, you didn’t have to stoop so low
Have your friends collect your records and then change your number
I guess that I don’t need, that though
Now you’re just somebody that I used to know

Je n’arrive pas à oublier Charlotte. Elle me hante, chaque pas qu’elle fait, chaque bribe de sa conversation me parvient toujours, chaque baiser qu’elle colle sur les joues de Kevin… Et dire qu’elle n’essaye pas de s’expliquer! j’ai essayer de lui expliquer ce que je ressentais à son égard, et elle m’a répondu qu’elle faisait ce qu’elle voulait, que l’amour passait avant notre amitié tous simplement parce que ça m’était déjà arrivé et que toutes ces choses ne se commandaient pas!! Mais quelle débile, quelle… Comme si il ne s’était rien passé! Comme si elle n’étais pas au courant de ce que nous faisions avec Kev’!  C’était ma 1ère confidente! Celle à qui je détaillais toutes mes journées en présence de cet amour! « Tu me saoulais, avec tes histoires, alors j’ai voulu essayer, et ça m’a plu! » Mais qu’elle se taise bon sang! C’est vrai que c’était beaucoup  plus facile pour elle que pour moi de le draguais, elle connaissait tous ces goûts, par intermédiaire de son « ancienne meilleure amie »! Enfin, je la hais, vous devez l’avoir compris, et je crois que ma seule solution serait de l’ignorer, comme si on était rien l’une pour l’autre… 

Parfois, comme si la jalousie me rongeais le sang, j’ai envie de lui arracher les yeux, mais pour ses actes par rapport à notre amitié plutôt que par sa trahison avec mon ex… Est-ce normal? Peut-être que, finalement, Kev’ et moi n’allions pas ensemble…

Bon, sinon, à part toute cette agitation négative, ce choc m’a fait me rendre compte de certaines choses, plusieurs semaines après bien sûr, et j’ai découvert que se trouvaient dans ma classe beaucoup de gens biens , gentils et doux, ayant de la conversation (ce dont s’occupait d’habitude Charlotte), et dont toutes ces personnes qui sont venues me voir pour me faire part de leur soutien vis-à-vis de ce « problème » , j’ai … On va dire, « remarqué » une fille particulièrement sympathique nommée Julie…

Elle est venue me voir alors que j’étais en larmes devant le mur des Tags, après qu’une ronde de garçons soient venus me rendre visite pour me souhaiter tout le bonheur du monde. Elle est grande, brune jusqu’au noir, avec de grands yeux de grenouilles… Qui fascinaient au premier regard… Elle avait un style plutôt « original » la première fois que je la vis, en ce jour où tout m’était comme effondré, mais j’appris avec le temps à trouver dans ses habits quelque chose d’habituel. Elle avait la réputation d’être une bosseuse. Quand je la vis à ce moment-là, je ne pensais pas qu’il y aurait pu avoir de l’amitié entre nous: j’étais comme tous ces gens qui considèrent certaines personnes moins appréciés pour leur insingularité en tant que « impopulaires », et je m’en veux encore beaucoup aujourd’hui d’avoir pu être aussi naïve en sortant avec Kévin, me rendant ainsi aux yeux des autres « mieux que ces autres idiots ». Je m’étais alors laissé emporté par cette vague d’imbécillités, mais en rompant contre mon gré tout lien avec la berge des « supérieurs », j’avais ouvert les yeux. C’est ainsi que, par le plus grand des malheurs, je découvris une sorte de 2ème monde à l’intérieur même de ma classe…

Lorsqu’elle m’aborda, je baissai toujours mes paupières, pensant qu’elle serait comme toutes les autres: remplie de pitié pour cette fille que j’étais. Mais je me trompais!

- » Bonjour…

-C’est bon, laisse-moi, je sais ce que tu veux me dire, mais sans te vexer, je n’en ais pas besoin…

- Oh si, ca se voit ma chérie! Je voulais juste te dire que nous sommes toutes passées par là, mais que certaines n’en soient pas sorties…

- sorties de quoi?

- Des trahisons par nos « soit-dis-antes » meilleures amies.

- Ah… »

D’accord, j’avoue que ce n’était pas une très bonne première approche, mais au moins, nous nous comprenions, et en moins de temps qu’avec n’importe qui d’autre, on savait à qui nous avions à faire.

- » J’étais donc ici pour te dire que, si tu cherches à te changer les idées, vu que je m’y connais en pas mal de malheurs, je serais là pour te faire penser à autre chose!

-Merci, mais je ne pense pas que j’ai besoin de ton aide, alors excuse-moi si je suis franche, mais ne m’attend pas trop longtemps, OK? »

Oh que je me trompais en pensant qu’elle m’oublierais vite ou que je le ferais encore plus vite! Bien entendu, quelques jours après ma dépression et quelques tonnes de larmes sur lesquelles je n’insisterais pas tellement elles m’étaient tristes et me zappaient le moral, je me retrouvais à défier toute ma fierté en allant, pour la 1ere fois de ma vie, passer devant les gens avec qui je traînais sans leur faire la bise pour avancer, tout doucement, sans être vraiment sûre de ce que je faisais, mais déterminée à sous-traiter mes anciennes relations qui, comme par hasard, ne vinrent même pas me consoler, dont quelques unes eurent même l’audace de me dire que Charlotte et Kevin avaient eut raison (vous comprenez donc pourquoi je ne vins plus leur dire bonjour) , et je m’incrustai aussi discrètement que possible entre 6 têtes qui m’étaient inconnues. Je découvris alors les personnes qui m’aideront tout au long de ma vie d’ado, en levant doucement les yeux, et en les dévisageant les unes après les autres. Je n’imaginais pas à quel point tout allait changer.

Isa

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Helendresses |
g201202 |
Redconsulting |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Yoogreys
| Laviedunebellevierge
| Theblogdesado