I still alive

With all the horrors we saw, we're going to war with a smile on our faces, because we're friends of Death himself…

Loser like me…!

Classé dans : Non classé — 25/11/2012 @ 20:31

Yeah, you may think that I’m a zero
But, hey, everyone you wanna be
Probably started off like me
You may say that I’m a freakshow (I don’t care)
But, hey, give me just a little time
I bet you’re gonna change your mind

All of the dirt you’ve been throwin’ my way
It ain’t so hard to take, that’s right
‘Cause I know one day you’ll be screamin’ my name
And I’ll just look away, that’s right

Just go ahead and hate on me and run your mouth
So everyone can hear
Hit me with the words you got and knock me down
Baby, I don’t care
Keep it up, I’m tunin’ up to fade you out
You wanna be
You wanna be
A loser like me
A loser like me

Push me up against the locker
And hey, all I do is shake it off
I’ll get you back when I’m your boss
I’m not thinkin’ ’bout you haters
‘Cause hey, I could be a superstar
I’ll see you when you wash my car

Hey, you, over there
Keep the L up, ’cause I don’t care
You can throw your sticks, and you can throw your stones
Like a rocket, just watch me go
Yeah, l-o-s-e-r
I can only be who I are

Just go ahead and hate on me and run your mouth
So everyone can hear
Hit me with the words you got and knock me down
Baby, I don’t care
Keep it up, I’m tunin’ up to fade you out
You wanna be
You wanna be
A loser like me
A loser like me

 

Je ne sais pas si j’ai assez insisté sur le fait que mes « nouvelles amies » étaient de ces filles dont on ne préfère pas entendre parler, c’est-à-dire qu’elles faisaient parti de ce groupe que cet ancien nous qualifiait d’ »inpopulaire », ce qui bien sûr, était une énorme bêtise. Avez-vous bien compris que ma vie allait tourner autour de gens que l’on apprécie pas pour une raison quelqu’onque? Autour de ces personnes avec lesquelles on a jamais envie de travailler? Eh oui, j’étais passé à l’envers du décors, et je ne le regrettais pas. Mais , pour cette simple et dure raison que mes fréquentations se faisaient traiter de losers et de geeks par des gens simplement différants, je ne pouvais plus faire les mêmes choses qu’avant, je ne pouvais plus faire la bise à ceux que j’avais apprécié, je ne pouvais plus refaire surface de vieux souvenirs, car ces personnes ne les partagaient pas. Enfin, passons. Vous devez être plus interessés par leurs physiques ou leurs personnalités.       Vous ne devriez pas.

Je levai alors la tête, et je vis 4 visages de filles, toutes différentes, mais qui semblaient partager un trait du visage, je ne sus pas dire lequel.

De gauche à droite, la 1ère que je vis fut Miranda. Cette femmelette à la peau blanche m’apparu tout de suite comme une sorte d’intrus à cette bande de gens qui étaient tombés au plus bas! Elle était de taille moyenne, avait les cheveux d’un bruns clair, presque châtains j’aurais dit: bouclés comme ceux des petites écolières anglaise ( » et naturels! » affirmait-elle), plutôt longs, un peu près jusqu’à la taille, elle les laissait à l’air libre, parce qu’elle  » voulait leur donner de la liberté » (à ses cheveux). Pour conclure ce chapitre, que dis-je, ce roman sur sa crinière , je dirais que malgré ses mèches brunes, qu’elle devait surement porter pour ne pas faire croire à une teinture blonde, ils donnaient toujours l’impression d’être naturels, et c’est ce qui fit joué son as au joueur de cartes qu’est celui ou celle qui l’a crée. Il faut dire qu’elle était vraiment magnifique.Elle portait les marques des angelots dans ses pupilles, encerclés par de magnifiques cils noirs ! Ses joues étaient tout ce qu’il y a de plus normal, sauf qu’elle devait bien être la seule fille que j’eût connu de mon existence qui n’avait pas de faucettes! Pas la moindre trace quand elle riait autour de ses pommettes! Jamais une imperfections sur son front lumineux ! Ses sourcils ne bougeaient pas quand elle pleurait, et lorsqu’elle le faisait, elle était toujours aussi.. Parfaite. Pourquoi? Personne n’aurait su le dire! Elle avait tout ce qu’il fallait au millimètre près, des yeux plus gros que petits (qui donnaient une certaine malice à son regard), enfin bref, ce qui semblait faire son charme, cela aurait pu être ses lèvres. Elles paraissaient avoir la chair d’une pêche délicate et humide pour les recouvrir, comme si n’importe qui avait déposé des boutons de fleurs de cerisier sur la fente de sa bouche à petite ouverture mais aux lèvres plus épaisses. Elle ne portait pas de gloss ou de rouge à lèvres: elle laissait toujours ses atouts numéros 1 à la vue de chaque être, pour soit la jalouser soit l’envier soit mourir d’envie de l’embrasser…! Mais c’est vrai, je ne vous demande bien sûr, pas de me croire, mais elle redevenait désirable dès que son écharpe retirée laissait aux garçons la joie de se donner des fantasmes sur toutes les sensations qu’auraient procurées une bouche pareille à celle-ci sur la leurs. Enfin, elle était très convoitée  pour sa sensualité, sa capacité à utiliser ses charmes, et ses lèvres douloureuses. Comme quoi les gens ne sont pas aussi intelligents qu’on le croit. Ils tombent en admiration sur n’importe qui.

À sa droite, une jeune fille un peu plus grande, se tenant toute droite, les bras croisés, des bagues aux dents blanches; je me trouvais face à cette chère Jennifer, telle une fan face à une top-model, je me sentais toute petite. Cette jeune femme avait tout pour intimider , et j’appris que ce fut ce qui la rendait antipathique aux regards des autres. Tout de même, elle égalait la 1ère, mais dans un autre domaine. Elle était une blonde pure à la mèche lissée et soignée sur le front et aux cheveux humidifiés de façons à ce que, malgré leur épaisseur et leur frisage , ils paraissent fins et raides. Elle les portait à la hauteur du bas du coup, en coupe au carré féminisée. Ses bagues « gâchaient  » un peu son sourire, même si il était très fin, il allait avec son visage: elle avait de magnifiques yeux noisettes, mais plutôt petits, tout comme son nez, qui lui paraissait plus imposant qu’il ne l’était à cause de ses yeux. Avez-vous déjà vu le pelage d’un écureuil en hiver? Eh bien c’était de cette couleur que ses sourcils parfaitement épilés surmontaient ses pupilles, ce qui faisait ressortir les modes de vue de cette fille… Elle était très glamour, très élégante, profitant de sa grande taille pour enfiler les accessoires les uns sur les autres  (sacs en bandoulière, bracelets, boucles…) et se donner chaque jour une nouvelle vision de ce que peut être le style qu’elle avait. SI je ne devais donner que quelques mots pour décrire Jennifer à ce moment-là, pour la 1ère fois , je citerais ceux-ci: intimidante, glam, grande. En gros, future mannequin.

Camile suivit la cadence en se proposant à moi à moitié pliée de rire, son grand sourire habituel au épaisses lèvres beiges, surchargées de gloss. C’est une jeune fille grande pour son âge, à environ 8 cm de plus que la moyenne, donc un peu plus grande que Miranda et moins que Jennifer. Camile avait toujours été complexée à propos de son prénom, qu’elle trouvait ridicule pour cause de la faute d’orthographe que ses paternels n’avaient pas remarqué- Elle n’aimait pas non plus son nom de famille, trop long à son goût… Grâce à ça, ou à autre chose peut-être, elle n’eût, d’après elle, pas d’autres gros complexes dans sa vie d’ado: c’est vrai qu’elle n’avait pas de quoi…! Elle était mince, maigre, avec une poitrine pas mal grosse mais peut-être plus petite qu’elle ne l’aurait voulu: elle parlait de la partie opposée de son anatomie (son derrière) avec plus de rigueur , qu’elle trouvait trop gros, trop voyant. Il faut savoir que dès qu’ils pouvaient, les représentants du sexe masculin se la « refilaient » dans son dos, mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu’elle souhaitait rester vierge jusqu’au mariage, mais pas d’enfants au programme de vie future… Ce qui attriste beaucoup ses prétendants qui la trouvaient parfaite jusqu’à ce qu’elle le leur annonce , eux qui souvent la surpassaient de quelques années et qui ne rêvaient que de ça: ils étaient déçus…. Camile avait un visage ovale entouré de cheveux roux en batailles qu’elle affirmait coiffés. Ses oreilles étaient collées à sa tête un peu disproportionnée, ce qui l’empêchait de porter des boucles d’oreilles, vu que ça ne se verrait pas! Elle portait un nez un peu relevé,mais surtout très petit et presque invisible de face tellement il se confondait bien avec la peau de son visage: ça lui faisait ressembler à un personnage de mangas avec des yeux plus petits!! Enfin, Camile vivait sa vie comme un plaisir habituel, et elle donnait la pêche à tout le monde.

Pour finir, je dévisagea celle qui avec qui j’allais m’entendre le mieux, Carolyn, la plus petite en taille, la plus grande en esprit, la plus discrète, la plus invisible… C’était une fille qui adorait parler, mais qui ne le faisait pas avec autant d’aisance qu’elle en était capable à l’abris des oreilles indiscrète: elle était très timide. Et pourtant! Elle disait ce qui était de plus réfléchis et de plus drôle de ce qui pouvait être conté: elle racontait des histoires facilement, et lisait avec beaucoup de joie. C’était une fille qui n’avait pas peur du regard des autres, et n’hésitais pas à chanter à tue-tête avec Camile quand elle ne savait pas quoi faire, mais elle était toujours traitée avec dédain, simplement parce qu’elle ignorait les remarques méchantes à son sujet, et qu’elle ne se plaignait jamais. C’est à peine si elle critiquait les gens ! Elle avait un caractère très gentil. Son physique n’était pas au niveau de son amitié: elle était plate, sauf sur les fesses, qui formaient une petite colline sur le bas de son dos un peu voûté en arrière: elle avait de grands yeux vert foncés qui semblaient presque noirs, tout grands, mais qui étaient beaucoup trop en avant, ce qui transformait ce qui aurait pu être magnifique en horreur. Malgré sa petite taille, elle portait un visage rectangle, avec un mentons trop en avant et des sourcils trop fins pour être beaux. Elle avait une bouche qui était celle de Miranda en moins …. avantageuse. Elle avait des cheveux noirs ébènes qu’elle portait attachés en queue de cheval . Dès, qu’elles étaient déroulées, ses magnifiques mèches ondulée la transformaient en sirène, du noir.En tout cas, elle avait beau ne pas être « canon », elle était appréciée par le peu de gens qu’elle côtoyait pour son caractère et ses goûts formidables.

Voilà ce que vit devant moi: Miranda, Jennifer, Camile et Carolyn. Les 4 filles qui allaient m’aider durant le reste de cette année-là. Quand je les regarda, je crus que ce moment dura des heures entières. C’est pour ça que j’écris un article seulement sur ces filles et cette 1ère rencontre: elle était décisive. C’étaient des losers. Des losers que j’aimais déjà sans accepter de me l’avouer. Des losers dont j’allais faire parti. Des losers géniaux.

Isa

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Helendresses |
g201202 |
Redconsulting |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Yoogreys
| Laviedunebellevierge
| Theblogdesado